Filme : La connaissance autochtone offre résistance contre le changemenent climatique au Guatemala

Aujourd’hui, nous publions le premier d’une série de films réalisés en collaboration avec des cinéastes indigènes et des communautés locales et Si ce n’est pas nous, alors qui.

Traditional knowledge provides resilience to a changing climate met en évidence l’importance de la diversité culturelle pour la protection de la diversité biologique, en expliquant les signes que les membres des Maya Kaqchikel utilisent pour prévoir les changements de temps. Il a été filmé par Tirza Yanira Ixmucané Saloj Oroxom (Maya Kaqchikel) et produit par If Not Us Then Who, avec la contribution de Ramiro Batzin, coordinateur de Sotz’il et co-président du Forum international autochtone sur la biodiversité (FIAB).

Cette série de films examine les contributions essentielles des peuples autochtones et des communautés locales à la protection de la biodiversité mondiale, et complète les Perspectives de la biodiversité locale (LBO).

La deuxième édition des Perspectives de la biodiversité locale (LBO-2), qui accompagne la cinquième édition des Perspectives mondiales de la biodiversité, est un aperçu historique de ces contributions des peuples autochtones et des communautés locales. Le rapport rassemble de puissantes études de cas d’actions locales menées dans le monde entier : de la surveillance de la santé des herbiers marins par les insulaires du détroit de Torres à la formation du gouvernement autonome de la nation Wampis, couvrant les 1,3 million d’hectares qui constituent leur territoire ancestral. À l’approche de la 15e Conférence des parties à la Convention sur la diversité biologique (CDB COP15) – au cours de laquelle le prochain cadre mondial pour la biodiversité sera adopté – les éditeurs du rapport travailleront avec les auteurs des études de cas et d’autres personnes pour produire une série de ressources multimédias qui approfondissent et améliorent le contenu de LBO-2.

LBO-2 a été publié l’année dernière par le FIAB, le Réseau des femmes autochtones pour la biodiversité, les Centres de distinction sur les savoirs autochtones et locaux, le Secrétariat de la Convention sur la diversité biologique et le Forest Peoples Programme.